Archives pour la catégorie Poésie

Le Morvan

Lac des Settons   Lac des Settons   Lac des Settons

Promenade en Morvan (extrait)

« Les fougères frissonnent sous le vent
A l’abri des grands sapins verts
L’air est pur, l’air est frais,
Le sous-bois nous offre l’ombre
Et tout au long des routes
Tant de fleurs bordent les fossés !… »

Anne-Marie SPEVAK . Poème (Août 1999)

source: http://www.yonne-89.net/poemes2.htm

p1010351.jpg   p1010350.jpg   p1010352.jpg

                p1010353.jpg      p1010354.jpg 

click sur l’image pour l’agrandir

Poésie d’Europe

Récit de guerre

Il fut un temps
où l’on allait se réfugier
au cœur des sapins,
chemises rouges ou noires,
faucille et tête de mort confondues
à l’heure où l’on meurt.
C’était la saison
de mes dix ans :
un jeu, les grenades explosives,
la mitraille crépitant dans le ciel
comme pluie sur les vitres —
mais les fleurs étaient rares
et les cimetières des fosses communes.
Ce fut une longue nuit d’agonie,
je comprends à présent le visage du vieux
qui tremble à raconter
sa fuite de vaincu, alors
que le convoi gris-vert remportait seulement
vers la Grèce et l’Albanie.
C’est par chez moi qu’elles passaient,
casaque bleue
ou la penne au chapeau,
les âmes grises de ceux
qui avaient brûlé leurs années à la guerre.
Pour le gosse insouciant,
qu’il semblait beau, leur défilé,
j’enviais l’âge heureux où l’on consent
au garde-à-vous que siffle un quartier-maître.
Ici maintenant c’est la paix,
parfois pourtant la sirène
arrache un cri à mon sommeil,
le sifflement de l’aile lacérée
s’abattant dans le vide :
pour les enfants innocents dans leurs chambres
je demande un lendemain sans spectres,
des champs sans tombes parmi les lames d’herbe.

Franco Prete  (Italie)

17champs.jpg

APRÈS L’ADIEU

L’eau profonde reflète
la tristesse.
De grands arbres s’inclinent
sur l’eau profonde.
Je sais : je ne te
reverrai plus.

La route où je m’éloigne
s’obscurcit.
Seul l’éclat des étoiles
imprègne l’eau :
tels, devant mes yeux,
tes yeux demeurent…

Kaarlo Sarkia (Finlande) extrait de littératures de Finlande

Source: http://boudully.perso.cegetel.net/poesiprenlang.htm

tristesse.gif

Avril ,dont l’odeur nous augure

Fée

Avril, dont l’odeur nous augure
Le renaissant plaisir,
Tu découvres de mon désir
La secrète figure.

Ah, verse le myrte à Myrtil,
L’iris à Desdémone :
Pour moi d’une rose anémone
S’ouvre le noir pistil.

Paul-Jean TOULET

fée

En hiver la terre pleure

814pv871.jpg

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.

Leurs idylles sont moroses.
- Soleil ! aimons ! – Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
- Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : – C’est la nuit, ma belle ! -
Et la fait en s’en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son coeur du noeud,
Et, ne sachant plus que dire,
S’en va le plus tôt qu’il peut.

Victor Huguo

tn237335roseblanche.gif

merci à mon ami Bonsai pour ce  poème québecois

Soir d’hiver
=============

Ah! comme la neige a neigé!

Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À la douleur que j’ai, que j’ai!

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire: Où vis-je? Où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À tout l’ennui que j’ai, que j’ai!…

Émile Nelligan

23l.jpg

Le Nouvel An

 190686qi1khf3ej1wte3be1j5prmggwa655pjadoreh103501l.jpg

Le matin des étrennes

Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !
Chacun , pendant la nuit, avait rêvé des siennes
Dans quel songe étrange où l’on voyait joujoux,
Bonbons habillés d’or, étincelants bijoux,
Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux,puis reparaître encore !
On s’éveillait matin, on se levait joyeux ,
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux …
On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
Aux portes des parents tout doucement toucher …
On entrait ! …puis alors les souhaits … en chemise,
Les baisers répétés, et la gaieté permise !

Arthur Rimbaud

pouramourdumonde1.jpg

Il nous a quitté

C’est avec stupeur que je viens d’apprendre la disparition de Christian, il va me manquer, ses photos étaient magnifiques. Il était d’une grande fidélité ….

http://mesvisites.canalblog.com/

La tombe dit à la rose

La tombe dit à la rose :
- Des pleurs dont l’aube t’arrose
Que fais-tu, fleur des amours ?
La rose dit à la tombe :
- Que fais-tu de ce qui tombe
Dans ton gouffre ouvert toujours ?

La rose dit : – Tombeau sombre,
De ces pleurs je fais dans l’ombre
Un parfum d’ambre et de miel.
La tombe dit : – Fleur plaintive,
De chaque âme qui m’arrive
Je fais un ange du ciel !

Victor Hugo

ange

Si tu m’oublies

 

ma belle

Si tu m’oublies
je veux que tu saches
une chose

Tu sais ce qu’il en est:
si je regarde
la lune de cristal, la branche rouge
du lent automne de ma fenêtre,
si je touche
près du feu
la cendre impalpable
ou le corps ridé du bois,
tout me mène à toi,
comme si tout ce qui existe,
les arômes, la lumière, les métaux,
étaient de petits bateaux qui naviguent
vers ces îles à toi qui m’attendent.

Cependant,
si peu à peu tu cesses de m’aimer
je cesserai de t’aimer peu à peu.

Si soudain
tu m’oublies
ne me cherche pas,
puisque je t’aurai aussitôt oubliée.

Si tu crois long et fou
le vent de drapeaux
qui traversent ma vie
et tu décides
de me laisser au bord
du coeur où j’ai mes racines,
pense
que ce jour-là,
à cette même heure,
je lèverai les bras
et mes racines sortiront
chercher une autre terre.

Mais
si tous les jours
à chaque heure
tu sens que tu m’es destinée
avec une implacable douceur.
Si tous les jours monte
une fleur à tes lèvres me chercher,
ô mon amour, ô mienne,
en moi tout ce feu se répète,
en moi rien ne s’éteint ni s’oublie,
mon amour se nourrit de ton amour, ma belle,
et durant ta vie il sera entre tes bras
sans s’échapper des miens.

Pablo Neruda

Traduction de Ricard Ripoll i Villanueva

baiser

12345...7

Auteur :

alicee

Ligue française contre la sclérose en plaque

Ligue française contre la sclérose en plaque

juin 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

clin d’oeil

clin d’oeil

Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Temps chez Alice

Le pays d’Alice

Les visites d’Alice

outils webmaster

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


puysan |
chezjules |
flores |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Didd
| fun top super coi !!
| PAWÔL VWÊ